Aller au contenu
Stéphanie Janicot, portrait
Stéphanie Janicot, portrait

L'île du docteur Faust, Stéphanie Janicot
© Albin Michel

Biographie

Stéphanie Janicot, née à Rennes le 28 août 1967 ; elle passe son bac aux États-Unis en 1984. Après des études de droit, Sciences Po et le Centre de Formation des Journalistes, elle devient journaliste à Bayard Presse en 1992. Elle participe en 2004 à la création du magazine culturel féminin Muze dont elle dirige les pages littéraires. Elle en devient rédactrice en chef en 2010.  
Stéphanie Janicot se fait remarquer dès son premier roman, « Les Matriochkas » publié en 1996, encensé par la critique et récompensé par plusieurs prix. Suivent « Des Profondeurs » (1997), « Salam » (1999), « Ulysse » (2000) et « Une Traviata » (2001) qui clôt le cycle consacré aux illusions de jeunesse et la recherche d’infini.
Elle se concentre alors davantage sur les relations humaines, hommes-femmes, en particulier, avec la relation fils-mère dans « Non, ma mère n’est pas un problème » (2002), et la relation de couple dans ‘La Constante de Hubble’ (2003).

Dans son recueil de nouvelles « Tu n’es pas seul (e) à être seul (e) » (2005), et son dixième roman, « Cet effrayant besoin de famille » (2006), elle explore les relations frères-sœurs au sein des familles recomposées et analyse toutes les formes de solitude.
source : wikipédia, Babelio Bibliographie

Bibliographie sommaire et subjective mais conseillée

Les Matriochkas, Paris, Zulma, 1996
Prix Goya du premier roman, Prix Palissy, Prix René-Fallet 1997, Prix du premier roman de l’Université d’Artois

Salam, Paris, Zulma, 1999.

Tu n’es pas seul(e) à être seul(e), Paris, Albin Michel, 2005.

(Cet effrayant besoin de famille, Paris, Albin Michel, 2006.)

La mémoire du monde, Paris, Albin Michel, 2013.
Prix Renaudot du livre de poche 2016.

“What is the point of being alive if you don’t at least
try to do something remarkable?”

JANET MORRIS